Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

28 mai 2011 :

Voici déjà trois jours que j'ai commencé le protocole FIV, et les Effets Secondaires pointent déjà le bout de leur nez.

A moins que ce ne soit la fatigue accumulée depuis le début de notre parcours?

Quoi qu'il en soit, je me sens fatiguée, irritable, et sur le point de pleurer en permanence.

Les Larmes se ressemblent

Il y a quatre jours, ma belle soeur a accouché : notre nièce est née.

Bien entendu il va falloir aller les voir à la maternité, et je redoute cette visite comme la Peste.

Pas parce que je ne suis pas heureuse d'avoir une nièce, c'est même tout le contraire.

Mais voilà encore une fois, nous nous aventurons dans le labyrinthe sombre et complexe des contradictions qui nous étreignent le coeur en PMA :

Je suis heureuse d'avoir une nièce, je suis contente pour ma belle soeur et mon beau frère, j'ai hâte de rencontrer leur fille, mais j'ai peur.

J'ai peur de fondre en larmes à la vue de cette petite puce, qui sera un amour évidemment. Peur de devoir la prendre et de me mettre a pleurer comme un veau, peur de devoir affronter les regards de ma belle famille et peur que l'on perçoive la présence de la Jalousie à mes côtés.

Parce que oui, j'ose le dire, je suis heureuse mais jalouse, tellement jalouse de ne pas être à leur place.

La Jalousie qui attendait son heure tranquillement dans l'ombre pendant la grossesse de ma belle soeur, m'a sauté sur le dos au moment de l'annonce de la naissance, avec un rire tonitruant.

La Jalousie me tient par le cou comme une vieille copine, une main sur mes tripes qu'elle écrabouille gaiement.

Les Larmes se ressemblent

Mais enfin, il s'agit de notre nièce, impossible d'y couper malgré mes appréhensions.

Cadeau sous le bras et fleurs à la main, nous nous rendons à la maternité.

Le chemin jusqu'à la chambre est digne d'un chemin de croix, ce que je redoutais par dessus tout se produit : on entend les bébés pleurer.

Pitoyablement, je me concentre sur une chanson dans ma tête, pour me mettre sous cloche, une chanson entêtante et débile :

" I'm a Barbie Girl, in a Barbie wooo-ooooorld..."

Ouais bon je sais. Mais c'est tout ce que j'ai sous le coude là, présentement.

Les Larmes se ressemblent

Nous arrivons dans une chambre claire et gaie. Mes beaux parents sont déjà là, ainsi qu'une tante de mon beau frère. Nous disons bonjour, offrons les cadeaux.

Et voilà, nous y sommes.

Je me tiens debout devant le berceau transparent, et tout d'un coup j'ai l'impression de faire partie des X-Men : tous mes sens sont en alerte.

Sans être trop penchée sur ma nièce, je sens son odeur, je pourrais la renifler a 10 mètres.

Je vois sa minuscule poitrine se soulever à mesure qu'elle respire, j'entends son souffle comme si elle respirait à mon oreille.

Un effet hormonal? Je ne le saurais jamais, le fait est que tout d'un coup, tout mon être a pris conscience de ma nièce, je suis là devant elle, elle dort et je la ressens.

Ca ne dure que quelques secondes, tout au plus, et déjà les Larmes se bousculent sous mes paupières.

J'utilise la technique de toutes les mariées du monde pour ne pas ressembler a une grenouille sur les photos de mariage : lever les yeux au ciel pour sécher les larmes.

Ca marche super bien, je vous propose de retenir l'astuce pour un cas similaire.

Les Larmes se ressemblent

Pour tenter de dissiper mon malaise et calmer la Jalousie qui commence à tournicoter autour du berceau, je sors mon appareil photo.

Sous couvert de mitrailler la petite Merveille, je peux me cacher, je deviens le témoin discret qui immortalise ce touchant tableau de famille et m'étant octroyé une fonction utile, j'imagine que personne ne fait attention à moi.

Grave erreur.

Si j'ai un bon conseil à vous donner, ne considérez jamais personne comme un ami en PMA et ne mésestimez jamais votre adversaire.

Mes beaux parents savent depuis longtemps que pour nous, avoir un bébé sera un peu plus compliqué.

Ils savent que nous avons des examens à répétition, des traitements, mais ne savent pas exactement de quoi il retourne.

C'est notre choix depuis le départ dans cette aventure : les informer mais pas trop, en contrôlant l'information nous savons que nous contrôlons les conséquences telles que le soucis, l'inquiétude, l'attente, les concernant.

Aujourd'hui donc, s'ils ne savent pas que nous avons entamé un protocole FIV, ils savent que le sujet bébé est délicat pour nous.

Mais tout à leur joie d'être ENFIN grands parents, je crois qu'ils l'ont oublié.

Les Larmes se ressemblent

Ma nièce s'est réveillée, ma belle soeur la tient dans ses bras.

Encore une fois, je sens la cavalerie des Larmes arriver à toute vitesse, pendant que la Jalousie s'amuse à me rentrer son doigt dans les côtes avec la régularité d'un métronome.

"T'as vu? me dit elle de sa petite voix fluette et tranquille. Ça là, ce ne sera jamais toi. Tu ne seras jamais comme ta belle soeur, radieuse, épanouie, assise sur ton lit d'hôpital, tenant ton enfant contre toi.

Tu ne sauras jamais ce qu'elle ressent, tu ne sauras jamais ce que ça fait d'être mère.

Cet enfant là, que tu photographies sous toutes les coutures, ce n'est pas le tien. Ce ne sera jamais le tien, ce ne sera jamais ton enfant".

La ferme, la Jalousie!!

Pour ne plus l'entendre pérorer, je mitraille, plus encore.

C'est ce moment que choisit mon beau père pour me demander de prendre la petite dans mes bras.

Je sens ma gorge se serrer. Je ris un peu gênée et dis que non non, un bébé si petit, c'est trop petit pour moi, je suis trop maladroite, j'aime mieux prendre les photos, hihi.

Il insiste, je commence à paniquer, un peu.

Je sais que je ne peux pas la prendre. C'est au dessus de mes forces.

Si je la prends, je vais pleurer toutes les larmes de mon corps, encore pire qu'une veuve qui se lamente, merde qu'est ce que je dois faire?

Je refuse encore.

Je sens que la famille commence à mal le prendre.

Le ton de mon beau père se fait plus tranchant que le fil d'un rasoir et c'est d'un ton sec qu'il m'ordonne : "Je te dis de la prendre!".

Les Larmes se ressemblent

Là dessus, M. Lambda intervient et recadre son père.

Un Froid s'est glissé dans la chambre, je me sens extrêmement mal à l'aise.

Une flèche me torpille le coeur et je sens son poison sourdre dans mes veines : Je ne suis ni plus ni moins que la vilaine infertile venue gâcher le bonheur de tout le monde, piétinant à loisir la somptueuse image d’Épinal que nous étions en train de vivre.

Je relève la tête et je vois à l’extrémité de la pièce, la Jalousie abaissant son arc, un sourire triomphant aux lèvres.

Les Larmes se ressemblent

Le Temps s'étire et se distend, cette visite n'en finit pas.

Je ravale régulièrement mes Larmes, et leur goût est bien amer.

La technique des futures mariées fonctionne à plein tube, et peut être même que je ne l'utilise plus que de raison : à un moment donné je surprends ma belle mère chercher du regard ce qui peut bien se passer de si captivant au plafond.

Je regarde M. Lambda aussi. Il a notre nièce dans les bras, il a l'air si heureux. Comment fait il?

Je le prends en photo lui aussi et j'ai mal. Tiendra t-il un jour notre enfant à nous, si près de son coeur?

Au moment du déclic de la dernière photo, il lève la tête pour me regarder, et l'objectif a saisi à jamais cet instant fugace où je comprends, où je lis dans son regard cette Douleur immense qui le dévore.

Enfin il est temps de nous en aller.

Nous sortons de l'hôpital, et accrochée au bras de mon mari qui me soutient plus qu'il ne m'accompagne, je peux enfin laisser aller mes Larmes.

Finalement en PMA, qu'elles soient de Peine, de Rage, de Jalousie, de Frustration, de Désespoir ou de tant d'autres Choses, il y a un trait commun qui les réunit toutes :

Les Larmes se ressemblent.

Published by Mme Lambda

commentaires

Fran 16/01/2017 23:16

je pleurs tellement !! Nous allons commencer les IAC et j'appréhende grandement...votre témoignage est si poignant ! Merci

orchi 10/12/2013 16:28

Pareil ça fait mal de relire tout ça :/

Lili 02/10/2013 15:56

Bien que connaissant cette histoire, je ne peux m'empêcher d'avoir à nouveau le coeur qui se serre... je me souviens de ton désarroi à l'époque quand tu nous racontais que tu redoutais tant cette visite à la maternité... et de lire là, la façon dont tu la ressenti ça fait mal... ouui tu as raison, en PMA les larmes se ressemblent, mais je pense aussi qu'elles sont essentielles pour se "laver" de tout ça et avancer. des bisous

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog