Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 17 août 2010 :

Je me réveille d'un coup presque en sursaut. Mes paupières se referment aussitôt, j'ai beaucoup de mal à les rouvrir.

Je vois une grosse pendule en face de moi qui m'indique 13h, et je me souviens que je suis en salle de réveil.

Mes yeux se referment à nouveau.

Quand je parviens à les rouvrir, 30 minutes se sont écoulées.

Le réveil est difficile. Je me sens lourde, pâteuse, comme embourbée. Mes paupières pèsent une tonne, garder les yeux ouverts est une vraie lutte.

Un ressenti extrêmement désagréable s'impose à moi, de façon très soudaine, comme un flash back.

Je me souviens qu'on m'a mis la pression, qu'on me criait dessus : "Allez Madame, aaaaallEEEZZ, AAAALLEEZ!!! VOILA COMME CA, TREEEEEES BIEN!!"

Je me rappelle avoir fait un effort pour me soulever sur mes coudes, et même m'être dit dans ma tête "mais arrêtez de crier, laissez moi dormir!!".

Je suppose qu'il s'agit là du moment où on m'a fait passer de la table du bloc à mon lit. Je n'en sais rien au juste mais je sais que je n'ai pas rêvé, les choses me reviennent avec une clarté effroyable.

Ce souvenir est très stressant, je me sens terriblement mal tout à coup, avec le coeur qui bat à tout rompre et les mains qui se mettent à trembler.

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Je me rends compte que j'ai aussi très très envie de faire pipi. J'appelle quelqu'un, c'est une dame qui arrive.

Elle m'explique que c'est normal avec la perfusion et qu'on m'a enlevé la sonde urinaire un peu tôt, elle va m'apporter une bassine.

La bassine calée sous les fesses, j'y arrive pas. Faire pipi allongée c'est impossible pour moi, malgré tous mes efforts (toutes mes pensées sont centrées sur les chutes du Niagara, mais non).

Heureusement l'infirmière est patiente et très gentille.

Elle appelle une collègue, pour poser une nouvelle sonde urinaire : ça devient urgent et à trop attendre on risque une infection.

Elles n'y arrivent pas. Ca commence à me faire mal. Elles appellent d'autres collègues, elles sont cinq à farfouiller pour essayer de poser cette fucking sonde, rien à faire, personne ne trouve mon urètre.

Leurs investigations me font très mal, on décide de s'arrêter là.

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

La première infirmière prend les choses en main :

"Et puis zut, on ne peut pas la laisser comme ça, on va l'asseoir sur le bord du lit, les jambes pendantes, ça peut l'aider!".

Effectivement, ça m'aide un peu, très peu, mais elle n'hesite pas à revenir aussi souvent qu'il le faut pour recommencer l'opération, même si je n'etais pas sensée me lever pendant 24h.

J'ai beaucoup apprécié la gentillesse de l'équipe en place ce jour là, qui s'est décarcassée pour ne pas me laisser dans ma galère.

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Mon chirurgien vient me voir et me demande comment je me sens.

Immédiatement, ma première pensée, ma première question est pour ma trompe : est ce qu'il a dû me l'enlever?

Il sourit et me répond : "Non on a pu la sauver. Il y avait un hydrosalpinx dessus, mais on a pu la réparer. Votre utérus est parfait, on a pu enlever quelques autres petites adhérences, le test au bleu (l'hystérosalpingographie, ouf pendant mon anesthésie!) a montré un passage impeccable. Il y a toujours 50% de risques que la trompe se referme, et désormais le risque de grossesse extra utérine est plus important, mais je suis optimiste. Maintenant c'est à vous de faire le reste".

Les larmes me montent aux yeux. Si j'étais pas clouée au lit, je ferais un numéro de claquettes pour mon chirurgien, qui s'est démené pour me laisser ma trompe chérie.

On se raccroche à tout quand on est en PMA. Même à l'une des choses les plus infimes et à la fois la plus importante au monde : une trompe de Fallope.

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Vers 16h, je peux enfin réintégrer ma chambre. Une infirmière vient s'assurer que je suis bien installée et me dit que ses collègues de la salle de réveil ont expressément demandé à ce que je puisse me lever pour aller aux toilettes.

Elle me rappelle que je suis tenue au lit pendant 24h normalement, mais elle me donne une chance : si tout va bien lors d'un essai en sa présence, ce sera d'accord.

Nous faisons donc un test : je m'assieds doucement sur le bord du lit, me lève lentement. L'infirmière m'incite à la prudence et à prendre mon temps, et je suis soulagée qu'elle ne me presse pas.

Tout se passe bien, ouf!! J'ai le droit d'aller aux toilettes toute seule, et je savoure ce grand luxe qui m'est accordé.

Ce qui tombe plutôt bien, parce qu'en fait il faut que j'y aille toutes les demies heures!

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Le soir, Mr Lambda arrive enfin, il a l'air fatigué, je vois bien que sa journée a été longue!

Je lui explique immédiatement pour ma trompe, et l'heure qu'il passe auprès de moi est empreinte de soulagement et d'espoir. J'ose penser qu'il rentre à la maison le coeur léger.

La nuit se passe difficilement.

Je dois aller faire pipi toutes les heures environ. J'ai très mal au ventre et aussi à l'épaule gauche : la faute au gaz que l'on m'a injecté et qui est remonté dans une épaule. Une infirmière de l'équipe de nuit m'explique que c'est très fréquent et que ça va bientôt passer. Elle me dit que plus vite j'évacuerais le gaz, plus vite je serais soulagée.

Bon, pour évacuer le gaz, il n'y a pas de mystère : il faut péter.

Sauf que moi je ne sais pas le faire sur commande... J'ai toujours dit que j'avais raté une vocation de princesse, ben voilà la preuve!

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Mercredi 18 août 2012 :

J'ai toujours très mal. Le thé et le yaourt qu'on me sert au petit déjeuner passent difficilement.

On me retire la morphine et on me met sous paracétamol, toujours en perfusion.

Les aides soignantes et infirmières m'incitent à me lever et à marcher pour m'aider à évacuer le gaz, mais c'est trop difficile : J'ai du mal à me tourner, à m'asseoir et je marche courbée en deux.

Pour me motiver, une aide soignante me dit même avec entrain : "Allez Madame, il faut péter!! Si vous pétez, je vous retire la perfusion cet après-midi, d'accord?".

Eeeuuuuuh. C'est pas que je veux pas hein. Mais vraiment, je n'y arrive pas!!

J'ai quelques rots (miam miam), mais ça ne convient pas. Il FAUT absolument péter, c'est par CE chemin que le gaz doit s'en aller.

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Mais on m'enlève quand même ma perfusion, ce qui me permet de marcher un peu plus facilement. Je sors dans le jardin de l'hôpital, une demie heure tout au plus.

Je remonte dans ma chambre épuisée et dors une heure et demie.

La journée se passe entre somnolence et douleurs. Le souvenir de l'épisode stressant au bloc remonte très régulièrement et me donne des bouffées d'angoisse.

Au dîner on me sert de la soupe aux poireaux.

Enfin ca c'est la version officielle, en vrai j'ai eu une sorte d'extrait de bouillon de poireaux, sans que jamais un poireau n'y ait mis les pieds.

Dans la nuit mes douleurs m'empêchent de dormir. je finis par me lever pour aller tourner en rond dans le couloir pendant une bonne heure.

Rien à faire. Je me recouche épuisée, avec des sueurs froides, mais pas plus soulagée.

J'ai l'impression que je vais crever de douleur dans la nuit et je crois apercevoir la Douleur, assise à mon chevet qui coud mon linceul, pendant que la Peur me couve du regard.

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Jeudi 19 août 2010 :

On m'annonce que je sors en début d'après-midi, youpi!!

Mr Lambda n'est pas content d'être prévenu à la dernière minute et râle un peu de devoir venir me chercher. Mais il vient quand même.

L'aide soignante qui apporte les repas a pitié de moi : pour le déjeûner, elle me donne un plateau qui contient une entrée, un plat, du fromage, et un dessert, en douce, au lieu de l'extrait de bouillon de poireaux qui m'est destiné.

C'est très gentil de sa part, surtout que je n'ai rien demandé, mais il me semble que si l'on me donne quelque chose de très léger ce n'est pas pour rien.

Du coup me voilà très embarrassée devant mon plateau, et je mange un peu pour ne pas être ingrate, au regard des risques qu'elle a pris pour moi.

Malgré mes précautions, ce repas est trop riche et le peu que j'ingère agresse mon estomac et mes intestins.

La coelioscopie : 3 - Réaction(s)

Enfin il est temps de rentrer.

Le retour est un calvaire, chaque bosse, chaque ornière de la route me fait un mal atroce.

J'en pleure dans la voiture.

Mais enfin me voilà à la maison, épuisée mais heureuse d'être rentrée.

Lorsque je m'allonge et m'enfonce dans le sommeil, j'ai la sensation qu'on me bourre le ventre de coups de poings et ça me réveille en sursaut.

Il ne me reste plus que trois points sur le ventre en souvenir de cette opération : un de chaque côtés de l'aine qui disparaîtront au fil du temps, et un que je garderais à jamais, au nombril, comme un témoin silencieux toujours fidèle au poste.

Mais il faut aller de l'avant désormais.

Comme l'a dit le chirurgien, maintenant c'est à nous de faire le reste.

Published by Mme Lambda

commentaires

M-jos 16/01/2015 01:34

Bonjour,
moi je suis nee avec un utérus bicorne bicervical (en gros 2 utérus) et un seul rein , je l'ai su a l’age de 15ans suite a un vagin borgne. Pas mal pour une premiere avec un gynecologue ils etait qu’une douzaine de gynecologue et autres spécialiste 1er cas comme le mien a pontoise , et depuis que des problemes 4 fausses couges a 2moi dur j’ai réussi à avoir un enfant avec deux cerclage et 9 mois au lit sa en 95 , en 2007 1er salpingite soignée 1 mois apres 1 kist ovarien 2008 ligature des trompe cause pas de contraception trouver . En 2013 6 fibromes en 4 mois la , mon medecin décide avec mon accord de faire pratiquer une hystérectomie avec fibromes present et salpingite plus kist ovaires donc ils ont enlevé tout ça, 5 jour apres deux abcès donc re bloc et cette année ont viens de m'enlever le reste côté gauche pour une salpingite un kiste plus un kiste emoragique en faîte a ce j’en suis a 31 bloc qui conte 18 que gynécologie depuis l’age de 15 ans et voila ce sont les douces joie d’etre une femme lol

Lili 28/05/2014 13:39

Je lis ton récit j'ai subit la meme chose il y a 48h , je ressent les memes choses. Je souffre beaucoup c'est dans ces situations la que l'on remarque qu'on sollicite beaucoup la cavité pelviene pour parler , marcher , se relever , porter des choses , respirer .. bref j'ai de grosses douleurs aux épaules et je n'ai toujours pas trouver de solution pour réduire ce mal. Je commence a évacuer doucement mais ce n'est pas encore ca j'ai peur de dechirer les quelques points que j'ai. j'ai subit cette opération pour m'enlever un kyste hémorragique de 9 cm sur l'ovaire... contrairement a vous je n'ai pas trop de souvenir de la salle de reveil mis a part qu'on m' a oter le tuyau pour la gorge d'un coup sec... mais rien d'autre.

anne 30/05/2014 01:33

Mme Lamba, tout juste deux mois après mon cauchemar est terminé. Je suis sortie aujourd'hui de l hôpital, stomie fermée ! Quand je pense que cela a dure 3 ans.... J'ai l'impression qu'une nouvelle vie s'offre a moi !!

A Lili : la seule solution c'est de marcher pour éliminer les gazs

anne 30/03/2014 09:53

Je recherchais des infos sur l'élimination des gazs de cœlioscopie quand je suis tombée sur votre témoignage. J'en suis a ma deuxième en 1 an et 1/2. La première était exploratrice et je suis sortie le jour même : confirmation d'une Endo et pose d'un stérilet pour tenter de la maîtriser. Pas de douleurs de gazs, juste un peu mal au ventre pendant une semaine et pas de regime particulier. La seconde a eu lieu il y a 4 jours. Régime sands fibres et sans résidus 15 jours avant, j'ai perdu 5 kilos. On m'avait dit après écho et IRM que mon Endo est devenue digestive et qu'une ablation d'une partie de mon bagin et de mon intestin est nécessaire... Et la pose d'une stomie pour 3 mois. Je ne vous dit pas le choc! Alors on a commencé par 3 mois de ménopause artificielle, le régime et "enfin" l'opération. Au réveil, on m'annonce qu'on a du m'enlever ma trompe gauche, que mon ovaire gauche est malade mais toujours en place. Par contre trompe et ovaires droits sr portent bien. Aucune douleur les deux premiers jours. Et en pleine nuit, les gars de coelio me prennent sous le sternum, impossible de respirer, j'ai sincèrement cru mourir..ça va mieux, mais je suis impatiente de quitter l'hôpital pour rentrer auprès de mon cher et tendre, fou d'inquiétude. Je pense que l'année prochaine je tente le bébé. Je n'ai pas prévu de devenir mère avant les 4 prochaines années, mais comme dirait le doc, à la vitesse à laquelle ça se propage et comme je vais avoir 30 ans, il est peut-être temps. Merci de votre blog en tous cas, j espère que vous vous portez bien.

Mme Lambda 30/03/2014 21:24

Bonjour Anne,
J'espere que vous gardez le moral en tous cas, et que vous allez bien vite vous remettre. Bien entendu je vous souhaite un prompt rétablissement, et que votre projet bébé se réalise pile au moment où vous le désirez.
Mes meilleures pensées vous accompagnent.

Mayane, je te remercie pour ton commentaire! ^^

Adelle 04/12/2013 12:37

Et bien moi même opération avant hier je suis sortie le jour même et j ai pas mal du tout j aurais même envie de reprendre le travail bizarre que vous ayez eu si mal j ai même arrêté de prendre mes médocs comme quoi une personne n est pas l autre

Mayane 09/11/2013 08:28

Témoignage rempli d'humour qui me rappelle mes 4 césariennes et l'hystérectomie que je viens de subir le 5 novembre... Comme quoi, même dans la douleur, on peut avoir de l'humour. Chapeau bas Madame Lambda ! :-)

lily rose 02/08/2013 19:16

Moi je rentre a prine lhopital, coelio poir ablation dun kyste hemmoragique, endometriose,et curetage de monnuterus inflamee... A j- 20 de mon mariage :-(
Les douleur au niveau du nombril sont atroces les gaz commencent a se dissiper mais des que je ferme les yeux je revis le cauchemard de la salle de reveil
Combien de temp on mis vos fils pour tomber?

Mme Lambda 02/08/2013 22:48

Lily Rose je suis désolée de lire votre message, sincèrement... Je dois dire que je ne me souviens plus combien de temps cela a pris pour que les fils s'en aillent, l'évènement date un peu, et j'ai essayé de l'oublier le plus possible, du coup je ne suis pas capable de vous répondre :( Avez vous la possibilité de vous reposer au maximum avant votre mariage? je sais à quel point les dernières semaines sont intenses, surtout si l'on travaille à côté... J'espère sincèrement que vous vous porterez bien pour votre mariage et que très vite tout cela sera derrière vous. Et évidemment je vous adresse mes meilleurs voeux de bonheur.

Béatrix 26/07/2013 13:17

Je viens de revivre à travers tes mots et maux mon cauchemar qu'à été l'ablation totale de l'utérus et de ses annexes... Douleur à la limite de ce que peut supporter un corps humain... Douleur ma Compagne de tous les instants...

Mme Lambda 26/07/2013 20:45

Béatrix, je suis désolée d'avoir fait remonter des souvenirs douloureux :(
J'espère de tout mon coeur qu'un jour la Douleur se lassera de toi pour faire place à l'Apaisement...

Amy-San 08/12/2012 17:14

Bah ma pauvre... ça n'aura pas été une partie de plaisir!

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog