Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 juin 2011 :

17ème jour sous Décapeptyl, ça commence à devenir difficile.

Et ça ne va pas s'arranger, puisque suite à la prise de sang de contrôle de ce matin, on attaque le Ménopur aujourd'hui.

Comme je me rends tous les soirs au cabinet d'infirmières, je connais toute l'équipe désormais, il y a 4 femmes et un homme. Tous sont très gentils.

Bien entendu, il a fallu raconter mon histoire à tout le monde. J'avoue que j'ai pensé à la rédiger sur des petits bouts de papier et distribuer à chacun son exemplaire pour m'économiser de la salive, à la façon de ceux qui font la manche dans le métro.

Mais bon, je suis restée la gentille patiente et j'ai obtempéré, voilà maintenant tout le monde est au courant dans le cabinet, ouf!

Effets indésirables

Tous les soirs, nous faisons mes piqûres d'un côté ou de l'autre de mon ventre, pour ne pas traumatiser un seul endroit.

Il en résulte d'énormes bleus, selon que l'infirmière du jour s'y prend bien ou non.

Le produit me fait mal quand il passe sous ma peau, le bord de mes jeans me fait mal sur mes hématomes.

Je commence à avoir l'air d'être régulièrement passée à tabac!

Encore un prix à payer n'est ce pas?

Fort heureusement, comme toujours la vie est bien faite : ça n'a jamais été trop mon genre de me balader le ventre à l'air, ça tombe plutôt bien.

Ouais je sais, vous êtes atrocement déçus.

Ouais je sais, vous êtes atrocement déçus.

De toute façon, vu comme je continue à prendre du poids par quintaux, faire la star en bikini à la plage, ce sera pas cette année hein.

Parce que oui, sans m'en rendre vraiment compte, j'ai explosé tous les compteurs de ma balance, le 44 commence à me serrer dangereusement, et j'ai de plus en plus de mal à trouver ma taille dans les magasins.

C'est à ça que je pense ce soir, quand une fois rentrée à la maison et après une bonne douche, je me regarde dans la glace.

Je suis grosse, vraiment, et je ne me suis pas vue le devenir.

Je me détourne du miroir en soupirant, pour commencer à essorer mes cheveux.

Et là c'est le drame.

Effets indésirables

Dans ma serviette, une grosse poignée de cheveux.

Dans le siphon de la douche, aussi.

Et dans la brosse, n'en parlons pas.

Ca fait quelques temps que ma chevelure s'amoindrit sérieusement, mais il faut avouer que là, on atteint des sommets.

Furieusement je commence à inspecter mon crâne, et je passe sans cesse la main dans ce qui fût une superbe crinière jadis, j'attrape sans tirer de grosses poignées, ça ne s'arrête pas.

Je fonds en larmes tout d'un coup : mes cheveux, mes pauvres cheveux!

Voilà, merci la FIV, à cause de toi je vais finir étouffée par ma graisse, et chauve, et maquillée comme une dame du Bois, et toute seule : M. Lambda va fuir à toutes jambes avec un programme pareil, qui voudrait d'une épouse obèse qui n'a plus un poil sur le caillou sans dec?

Je finirais toute seule, ayant étouffé mon chat par mégarde en m'asseyant dans mon canapé, en train d'éplucher les sites de rencontre spécialisés dans l'espoir de trouver un prince charmant qui ne verrait que ma beauté intérieure et je serais obligée de clore tous mes messages par : "adipeusement vôtre".

Effets indésirables

Je sors de la salle de bain complètement enragée, en train de pleurer toutes les larmes de mon corps.

M. Lambda a, à cet instant, l'outrecuidance de se trouver sur mon chemin et de me demander (un peu affolé, faut bien le dire) ce qu'il se passe.

Je lui hurle en pleurant qu'il n'y a rien, plus rien à voir avec celle qu'il a épousé, que je suis grosse et moche et même pas fichue d'être enceinte.

Il me prend dans ses bras et ma fureur décuple : quel hypocrite celui là, il ose me faire croire que les grosses chauves c'est son kif? Genre EN PLUS je serais assez bête pour gober ça? Allez ça suffit de faire semblant, il n'a qu'à me quitter tout de suite, ce sera fait!

Je me réfugie dans notre chambre en claquant la porte pour pleurer sur notre lit.

Ce n'est qu'après un long moment que je me rends compte de l'ampleur qu'ont pris les évènements, et je suis plutôt effarée.

Je ne me reconnais plus physiquement, et je ne me reconnais plus dans mes réactions.

La furie qui est sortie de la salle de bain et s'en est pris a son mari, ce n'est pas moi, ce n'est pas possible.

Quand je reviens dans le salon, M. Lambda tire un peu la tronche, et me dit qu'il a hâte que tout ça s'arrête enfin.

Et qu'au passage, non, les grosses chauves c'est pas son délire, alors qu'il doit forcément être un peu maso, n'est ce pas?

Je lui demande pardon et me remets à pleurer. Moi aussi j'ai hâte qu'on en finisse avec toute cette merde.

Heureusement, mon mari est un vrai prince charmant qui ne voit que ma beauté intérieure et qui caresse doucement mon crâne (chauve) pour me consoler.

J'ai une chance folle de l'avoir à mes côtés.

(Adipeusement vôtre).

Published by Mme Lambda

commentaires

Mélusine 11/11/2013 14:23

Bonjour,

C'est étrange, hier soir justement, j'ai un peu tardé à dormir. Je regardais mon amoureux dormir et je me souvenais des quelques fois où il en pris plein la tronche pour pas un rond.
Des quelques fois où je lui ai dit des choses terribles.
Et surtout de cette fois où je l'ai fait pleurer (j'avais balancé notre dossier PMA par la fenêtre de la cuisine car il avait une spermoculture à faire et je le voyais traîner des pieds).
Avec le recul, j'ai vraiment l'impression de ne pas avoir trop trop mal vécu cette période de notre vie (je n'ai pas ressenti de difficulté face aux femmes enceintes, face aux nombreuses naissances autour de moi, nous avons eu un super accompagnement, je n'ai pas eu d'effets secondaires avec les traitements si ce n'est mon tout premier mal de tête...).
Mais il y a quand même eu des fois où la fatigue morale de devoir courir, m'organiser et organiser les rendez-vous de mon chéri, compter etc etc... m'a fait un peu perdre pieds. Et dans ces cas-là, je me sentais seule face à toute cette organisation, face aux traitement et bien sûr, Monsieur le prenait bien dans sa face (je lui reprochais de ne pas s'impliquer comme il fallait).
En plus du reste, ça met le couple à très rude épreuve...

Calabrisella 08/10/2013 21:34

Quand on voit ton parcours on se dit que ton prince et toi avez été très très courageux... Bisous ma belle.

Lmc11 08/10/2013 18:07

Bam, encore un article coup-de-poing... :-( Les larmes "se ressemblent" mais de mon côté, elles sont toujours au bord de mes yeux quand je te lis...

Amy-San 07/10/2013 08:34

Le "pouvoir " des hormones....
Bisous ma belle

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog