Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Juillet 2010, encore et toujours :

J'appelle ma gynéco et lui annonce que je viens la voir immédiatement. Je lui ai parlé en direct, elle n'a plus de secrétaire en ce moment.

Nous arrivons au cabinet, elle nous reçoit immédiatement. Elle a l'air vraiment mal en point, très fatiguée, et un peu à l'ouest.

Ma gynéco nous explique que le courrier est bien écrit et dans la pile de départ, mais qu'elle a dû congédier sa secrétaire du jour au lendemain parce qu'elle piquait dans la caisse.

Depuis son départ, la semaine précédente, tout est resté en l'état.

Ha ouais, j'avoue qu'une secrétaire c'est quand même indispensable.

Ha ouais, j'avoue qu'une secrétaire c'est quand même indispensable.

Bon ok, mais moi je m'en fiche un peu de tout ça, c'est pas trop ma tambouille hein.

Je demande à récupérer le courrier, mais ma gynéco tient à l'envoyer et me promet que le médecin de l'hôpital l'aura à notre rendez-vous.

Je n'ose pas insister, mais vu qu'elle a l'air de planer un peu, nous repartons chez nous pas rassurés du tout.

Allez allez, on essaie de rester cool!

Allez allez, on essaie de rester cool!

Une semaine plus tard, nous voici de nouveau à l'hôpital Bichat.

Même couloir d'attente, même système pour donner notre dossier, sauf que cette fois personne n'est là pour nous passer devant.

Après une attente de trois quart d'heure, nous nous installons devant le bureau du gynéco.

Deuxième contact - On va bien y arriver!

Le médecin nous dit bonjour et nous dit qu'il a bien eu la lettre de ma gynéco. Je lâche un soupir de soulagement, qui ne lui échappe pas. Il me regarde un peu étonné mais ne dit rien.

D'emblée il fait une remarque sur son écriture, me disant qu'elle écrit comme un enfant de cinq ans et que ça l'étonne. Il me faut donc lui expliquer qu'à cause d'un cancer, son bras droit est en écharpe et qu'elle écrit de la main gauche.

Il paraît sincèrement désolé de l'apprendre.

Comme nous avons pris soin d'apporter notre dossier, il le consulte en silence et nous regarde.

Le gynéco me demande si je sais en quoi consiste une coelioscopie.

Je lui explique que je suis allée fureter sur internet, mais que je n'ai pas trouvé grand chose de précis : je sais seulement qu'il s'agit d'une opération, qu'on passe par le nombril pour acceder au probleme, et qu'on injecte du gaz dans le ventre.

Il sourit et m'explique ce qu'il en est réellement :

D'abord, avec ma trompe bouchée, on va faire une échographie pour vérifier qu'il n'y a pas d'hydrosalpinx, c'est à dire de l'eau dans la trompe.

Ensuite, le jour de l'opération, le médecin incisera tout près du nombril effectivement, injectera un gaz de manière à faire gonfler mon ventre, et essaiera de réparer ma trompe. S'il y a un hydrosalpinx dessus ou qu'elle trop abîmée, il faudra procéder à une ablation. C'est lui même qui fera l'opération, il est chirurgien, je ne le savais pas.

Enfin, après un court passage en salle de réveil, je resterais hospitalisée quelques jours.

Deuxième contact - On va bien y arriver!

Evidemment, le mot Ablation n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde, et je commence à paniquer.

Le médecin m'explique avec un peu d'impatience que si la trompe est trop abîmée, ca risque de contaminer l'autre et qu'il vaut mieux l'enlever et garder quelques chances de fécondation, non?

Vu comme ça, c'est sûr.

Mais j'ai peur. C'est ma trompe à moi, je ne veux pas qu'on me l'enlève. C'est fou comme on peut s'attacher à certaines choses parfois.

Ma trompe gauche, tellement petite que pour la voir sur une radio, il faut lui injecter un liquide bleu. Tellement fine que je ne sentirais même pas son absence. Tellement insignifiante, qu'infectée, elle me fait un mal de chien, que sans elle mes chances de tomber enceinte sont seulement divisées par deux.

Pas de quoi faire tant d'histoires finalement.

Deuxième contact - On va bien y arriver!

Le gynéco me demande donc de me rendre à un centre de radiologie précis pour faire mon échographie et me dit de le rappeler ensuite : nous fixerons une date à ce moment là, en fonction du résultat.

Avant de nous laisser partir, il me donne un dernier conseil : lorsque l'on va m'injecter le gaz dans le ventre pour l'opération, celui-ci va gonfler comme si j'etais enceinte de 8 mois. Il vaudrait mieux que je prenne soin de bien hydrater ma peau dès maintenant,ça évitera peut être quelques vergétures.

Je trouve le conseil plutôt sympa, il n'était pas obligé.

Ca nous fait partir sur une note positive, mais au fond de moi je tremble qu'on me retire ma trompe.

La Peur qui se tenait derrière moi lors de cet entretien, avec sa main glacée sur mon épaule, s'est glissée jusqu'au plus profond de moi.

Elle est allée s'asseoir aux côté de l'Obsession,de la Fourberie, et de la Douleur afin de répandre son venin dans mon coeur, jouer avec mes nerfs et tricoter avec mon estomac.

Deuxième contact - On va bien y arriver!

Published by Mme Lambda

commentaires

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog