Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 31 janvier 2012

SA : 33+5

SG : 31+5

SNUFE : Le bout du tunnel?

 

Nous sommes mardi 31 janvier 2012, c'est le grand jour. Normalement. Vous vous rappelez, la sage-femme a promis-juré-craché.

 

La nuit a été un peu agitée mais j'ai réussi à dormir.

Réveillée tôt comme hier par une infirmière peu délicate question façon d'ouvrir les portes et venue mesurer ma tension, je suis douchée à la Bétadine, j'ai passé mes habits de lumière et j'attends, assise dans mon lit.

Il est 9h30, Mr Lambda ne va pas tarder à arriver.

Pour le moment il n'y a eu aucun contre ordre, comme hier je suis a jeun, affamée et assoiffée. J'essaie de respirer calmement, mais je suis terrifiée, j'ai peur de la césarienne, j'ai peur qu'on vienne me dire encore une fois que c'est reporté, j'ai peur que finalement les deux places promises en PMA ne puissent être libérées.

 

Une sage-femme arrive et me donne deux comprimés de Doliprane, un de Primpéran, un anti acide et aussi un demi comprimé d'Atarax. C'est le petit cadeau de la maison quand on est étiquetée "patiente anxieuse +++" apparemment.

Je lui précise que je n'en ai jamais pris, et elle m'assure de ne pas m'inquiéter et que tout ira bien. Et oui, c'est bien aujourd'hui que la césarienne aura lieu.

Mr Lambda arrive à ce moment là, il est 9h50 et la sage-femme me dit qu'on va bientôt venir me chercher. Puis elle nous laisse seuls.

Ce sont nos toutes dernières minutes juste nous deux, dans quelques heures tout aura changé à jamais et nous sommes émus et inquiets tout à la fois.

La bande d'hystériques sous amphètes a beau me répéter en non stop que je m'apprête à vivre le plus beau jour de ma vie, c'est bien loin d'être le cas. Si ça n'avait tenu qu'a moi, j'aurais gardé mes enfants bien au chaud, l'impatience que je peux éprouver à l'idée de les rencontrer ne devenant pas pour autant synonyme de précipitation, j'aurais aimé que les choses se fassent en temps et en heure.

La Peur me caresse la main en me disant de ne pas m'inquiéter : elle promet de ne plus me quitter jusqu'à la fin de mes jours.


 

L'accouchement

Mais pas le temps de tergiverser plus avant, mes brancardiers sont là, et ils m'emmènent dans mon lit pour me conduire au bloc. Un dernier bisou à Mr lambda, et on se promet de se retrouver tout à l'heure puisqu'il a le droit d'assister à mon accouchement.

L'Atarax ne fait pas encore effet et je me dis qu'il ne doit pas servir a grand chose parce que je suis morte de trouille sur le chemin.

Les plafonds et néons qui défilent au dessus de ma tête, les bruit des portes, les virages... tout ça me rappelle ma coelioscopie et je me dis que j'ai parcouru bien du chemin depuis ce jour là, cette fois je m'apprête à accueillir mes deux petits pois lumineux.

Alors je fais de nouveau appel à mon crew préféré : Petit Lapin de Pâques, Pere Noël, Petite Souris, s'il vous plaît, s'il vous plaît, faîtes que tout se passe bien, que mes enfants aillent le mieux possible.

L'accouchement

Arrivée au bloc, il fait super froid et j'ai envie de pleurer.

Mr Lambda est en train de se changer dans une petite pièce à côté.

L'anesthésiste et une infirmière voient ma terreur et se montrent très gentils. L'anesthésiste est un peu paternel, il me dit que c'est un jour très important et que tout le monde va tout faire pour que les choses se passent pour le mieux.

Sa gentillesse me touche, me rassure et me serre la gorge tout à la fois : ben oui moi quand je suis stressée j'ai envie de pleurer.

 

L'accouchement

Je suis en train de faire le dos rond, on vient de me passer la Bétadine pour la piqûre de rachi-anesthésie, je suis exactement en train de me dire que ça y'est, cette fois c'est sûr on y est, quand :

" "URGEEEEEEEEENCE, URGENCE CESARIENNE ON A BESOIN DE L'ANESTHESISTE!!!!!!!!!!"

Quelq'un a débarqué au bloc en hurlant.

Et tout le monde se casse, en me laissant là, toute seule.

L'accouchement

Non mais c'est une blague?

Je reste absolument toute seule dans ce bloc glacial, pendant 5 à 10 minutes selon la grosse horloge qui est devant moi, et pendant ce laps de temps où la Bétadine sèche dans mon dos, je me demande si c'est bien aujourd'hui qu'on va m'opérer bordel, si l'urgence qui a besoin de l'anesthésiste ne va pas me piquer une place en néonat, et si je dois retourner dans ma chambre, parce que merde là ça commence à faire long.

 

Mais finalement tout le monde revient, tranquillou tranquillette, en mode "bon ben c'est pas tout ça, on y va?".

L'hôpital Moisi n'a de cesse de battre ses propres records décidément, mais enfin, enfin on me pose cette fucking rachi- anesthésie.

Ca fait une petite décharge mais moins mal que ce que je craignais.

Je me rallonge et sens une chaleur envahir mes jambes, c'est pas trop tôt je commencais a vraiment me peler grave.

 

Une infirmière veut me poser la sonde urinaire sans attendre mais dès qu'elle pose le doigt sur moi j'ai l'impression qu'elle me passe une pelote d'épingles entre les jambes et je crie.
Elle me traite limite de chochotte en disant qu'elle a encore rien fait et que je suis anesthésiée, franchement j'exagère, je ne sens rien!
Mais celle qui est a coté de moi intervient et dit que j'ai raison : oui l'anesthésie fait cet effet le temps d'agir, elle somme l'infirmière d'attendre encore quelques instants et serre un peu ma main pendant que l'autre râle.

Infirmière dont je n'ai jamais su le nom, merci merci. Grâce à toi je ne passe pas pour une gamine capricieuse et gâtée, tu es la première personne à prendre ma défense comme ça, et crois bien que je t'en serai reconnaissante toute ma vie.
Effectivement, 5 minutes après l'autre  infirmière pose sa sonde et je ne sens rien.

L'accouchement

Le Dr Pé et le Dr Qü arrivent, ce sont eux qui vont m'opérer.

Tout est prêt, alors ils commencent.

Mr Lambda n'est toujours pas là, je me demande ce qu'il fait et espère très fort qu'il arrivera à temps.

La tête commence à me tourner et je dois vraiment lutter pour ne pas me laisser aller : ca y'est l'Atarax est en train de faire son effet.

 

L'infirmière me serre toujours la main, personne ne souffle mot.

 

Mais enfin la porte s'ouvre et Mr Lambda vient s'asseoir près de ma tête. Les bras en croix attachés, je ne peux pas bouger, mais sa présence me réconforte : ça y est, cette fois c'est sûr nos enfants vont venir au monde.

Si ce n'était cette sensation de Sommeil imminent qui me colle à la peau, je savourerais ce moment autant que possible.

Mais là je me sens glisser, glisser, et concentre toutes mes forces pour ne pas me laisser emporter par le Sommeil.

L'accouchement

Published by Mme Lambda

commentaires

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog