Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

27 janvier 2012

SA : 33+1

SG : 31+1

SNUFE : Ouais bon. Bref.

 

Mon Dieu, par où commencer.

Ah oui, le rendez-vous d'haptonomie, c'est vrai.

Bon ben j'ai pas pu y aller, vous imaginez, vous? C'était trop beau.

Des claques qui se perdent

A la place de ça, tôt ce matin, j'ai une échographie. Et la personne qui me la fait, je vous le donne en mille, c'est l'interne qui s'était gourée avec l'histoire de la petite veine sur le cordon de ma fille, le fameux ductus, et qui a failli me faire accoucher beaucoup beaucoup trop tôt avec son erreur.

A 30 SA, en fait.

 

C'est elle qui me fait mes échos depuis mon internement admission à l'hôpital Moisi. Autant vous dire qu'à chaque fois c'est le bad trip assuré, quand elle me dit que tout va bien je flippe qu'elle se trompe, et si elle me dit que ça se dégrade, ben je flippe qu'elle se trompe aussi.

Qui a dit qu'il ne fallait pas de stress quand on est enceinte, déjà?

Y'a de quoi se faire des noeuds au cerveau, sérieux.

Des claques qui se perdent

Me voici donc à l'échographie avec cette interne, et je m'efforce de respirer lentement à défaut de le faire calmement.

Elle tournicote sa sonde sur mon ventre et une fois l'examen terminé, s'en va montrer les clichés à une sage-femme en lui demandant son avis.

Je trouve ça complètement hallucinant sur le principe, depuis quand une sage-femme est consultée comme si elle était médecin?

Je demande ce qui se passe et on m'annonce que le cordon de mon fils commence a déconner : Il passe de Diastole + à Diastole Nulle par intermittence.

Pour ma fille, ben c'est pas mieux, et même ça s'aggrave en fait : lui, passe de Diastole Nulle à Reverse Flow par intermittence.

En gros, ça pue grave cette affaire!!!

"Mais noooooooon Madame Lambda, TOUUUUT VA BIEEEEEN!" s'excite la sage-femme (rappelez-vous, je suis une patiente anxieuse +++ qu'on infantilise au maximum).

Bordel de merde, j'en peux plus de phrase dite sur ce ton haut perché.

Tremblante, je leur demande si nous allons devoir intervenir en urgence aujourd'hui.

"Mais oui, qu'est ce que tu crois, ma pauvre? Gnek gnek gnek!!"

Hein?!

Ah non, ça c'est ma vieille pote, la Peur, qui se bidonne en répandant son souffle glacé dans mon dos.

Des claques qui se perdent

"Sûrement que non, me répond l'interne en vrai. Mais votre dossier sera présenté à la réunion de ce matin pour prendre une décision quant à la suite".

Je retourne dans ma chambre, dépitée.

Le Désespoir me raccompagne en pleurant, se tordant les mains et en me disant qu'il me l'avait bien dit.

Je m'asseois sur mon lit, le ventre tordu de peur, je n'ai plus qu'à attendre.

Mes bébés vont mal, la situation se dégrade pour eux et je n'en suis qu'à à peine plus de 33 SA, c'est pas possible pas maintenant, pas après toutes nos péripéties, faut qu'on tienne le coup, mes bébés faut tenir le coup!

 

Au bout d'une heure interminable, l'interne déboule dans ma chambre, flanquée de trois sages-femmes :

Il y a Audrey, qui est très professionnelle et que j'aime bien, mais aussi Amélie avec qui le courant ne passe décidément pas (vous savez, c'est celle qui m'avait proposé d'aller faire les soldes pour me détendre, alors que je n'avais même pas le droit de sortir acheter du pain, quand je venais faire mes examens aux explorations fonctionnelles), et une élève sage-femme dont je n'ai pas retenu le nom.

 

Elles se postent toutes les quatre au pied de mon lit en rang d'oignon, et c'est d'un air réjouit voire tout à fait excité, qu'elles m'expliquent que, hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!! la césarienne aura lieu... dans quelques heures!! Enfin, sous réserve qu'il y ait deux places de libres en néonat, bien sûr.

Des claques qui se perdent

Moi j'hallucine. J'ai devant moi quatre femmes complètement surexcitées à l'idée que j'accouche, là, à même pas 34 SA, qui trouvent ça tellement super, que ça va etre le plus beau jour de ma vie, et c'est tellement ahurissant que je me demande un instant si je n'ai pas atterri sur une sorte de planète habitée par des Bisounours qui se défoncent aux amphétamines.

Des claques qui se perdent

Mais non. C'est bien la vraie vie, ici, à l'hôpital Moisi.

Heureusement Monsieur Lambda arrive vite, et je suis soulagée d'avoir enfin quelqu'un d'émotionnellement stable à mes côtés. Et puis j'avais tellement peur qu'il ne puisse pas arriver à temps!

Sa présence me réconforte et m'aide à ne pas mettre ma bande d'hystériques en folie hors de ma chambre à coups de paires de claques.

Des claques qui se perdent

On nous dit donc d'attendre dans la chambre, je ne dois plus boire ni manger, au cas où.

 

Au bout de deux heures, les excitées du bulbe reviennent me voir et le verdict final tombe : Pas de place en néonat aujourd'hui.

Le pédiatre est d'avis d'attendre jusqu'à lundi, c'est à dire dans trois jours.

Moi j'ai carrément du mal comprendre. Il y a deux heures il était question de faire naître mes enfants au plus vite, et maintenant nous en sommes en mesure d'attendre trois jours entiers??! Y'a que moi que ça choque??

 

Elles nous expliquent qu'en cas de dégradation de la situation pendant le week-end, il faudra intervenir immédiatement, mais qu'alors il y aura des conséquences :

L'un des bébés, ou peut être même les deux, sera transféré dans un autre hôpital où il y aura de la place en néonat. Et je peux vous dire que c'est loin de l'hôpital Moisi.

Néanmoins, environ une demie heure après, l'une des sages-femmes nous dit que si la situation reste telle qu'elle est, on procèdera certainement à la césarienne lundi. Qu'il y ait de la place dans notre néonat ou pas.

Et voilà. Prends toi ça dans la face et démerde toi avec ces informations.

 

En revanche, il y a une bonne nouvelle! L'une des sage-femmes a pris la liberté, sans nous consulter, de demander une autorisation de sortie pour moi dimanche, si on n'a pas dû intervenir d'ici là bien entendu.

Et en plus, il faut lui dire merci.

 

Des claques qui se perdent

On reste tous les deux, Monsieur Lambda, qui a quitté son boulot en catastrophe pour rien, et moi.

Et on se regarde effarés, une nouvelle fois.

Un des bébés transféré dans un autre hôpital, ou peut être les deux? Loin de moi?

Je commence à pleurer.

Le Désespoir m'étreint avec toute la force dont il est capable et me chuchote à l'oreille que le week-end va être long, très long.

Des claques qui se perdent

Published by Mme Lambda

commentaires

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog