Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5 décembre 2011 :

Nous sommes lundi.

Au petit matin, une sage-femme de l'équipe de nuit vient me refaire une prise de température et de tension, qui montrent que tout va bien.

Le monitoring n'enregistre plus de contraction et la sage-femme me dit que je vais pouvoir sortir aujourd'hui, une fois que le médecin sera passé.

Je suis ravie et soulagée : tout va finalement bien et je vais pouvoir rentrer chez moi!

Voui voui j'habite en banlieue parisienne, pourquoi?

Voui voui j'habite en banlieue parisienne, pourquoi?

Dans la matinée, une sage-femme de l'équipe de jour passe de temps en temps, et j'en profite pour lui demander quelles seront les indications à suivre en terme de repos une fois que je serais rentrée. Et je ne suis pas déçue du voyage :

Je vais devoir rester au repos, mais pas allongée toute la journée, il va falloir marcher pour éviter les phlébites, cependant il faudra rester au maximum allongée ou semi allongée et surtout pas assise.

Je n'ai plus le droit de me rendre au labo de mon centre ville qui se trouve à 10 minutes de marche (bon, ok 20 minutes maintenant que je me traîne comme une tortue), je suis interdite de voiture, mais pour mes examens mensuels il faudra venir à l'hôpital Moisi désormais.

Le trajet de 35 à 40 minutes en voiture su route défoncée ne la choque pas : exceptionnellement, ça passe.

Aaaah, vous aussi vous trouvez tout ça d'une clarté édifiante?

Que la lumière soit

La matinée se passe ainsi, je suis un peu dans la confusion quand même.

A l'heure du déjeuner, ma voisine de chambre qui aurait dû être déclenchée ce matin à 9h pour accoucher, est toujours là sous antibiotiques, à attendre.

Vers 14h, enfin, le médecin passe, flanqué de la sage-femme qui est venue toute la matinée.

Le médecin dit bonjour, et ce sera le seul mot que j'aurais entendu de sa bouche, aujourd'hui celle qui parle, c'est la sage-femme.

Elle me dit que tout va bien et que donc, je sors demain.

Ah, je ne sors plus aujourd'hui? Je n'ai pas le temps de poser la question qu'elle enchaîne, à vitesse grand V.

Désormais, je n'ai plus le droit de me rendre chez mon kiné en ville, qui m'aidait avec ma sciatique. Je suis interdite d'exercices du type ballon parce que c'est ça qui m'a donné des contractions sur le col.

Maintenant le kiné se déplacera chez moi pour des massages de dos uniquement.

On va aussi me trouver une sage-femme libérale qui se déplace à domicile et qui est équipée pour pouvoir faire un monitoring spécial jumeaux.

Sans que je demande quoi que ce soit, la sage-femme qui me parle s'engage à s'occuper de ça personnellement.

Elle va aussi me prendre un rdv avec un gynéco de l'hôpital d'ici une quinzaine de jours, fini d'aller voir ma Super Gynéco, c'est l'hôpital Moisi qui prend le relais.

Ca arrive un mois plus tôt que prévu mais je ne suis pas surprise, je savais que ça allait arriver tôt ou tard.

Elle ajoute que je dois rester allongée au maximum et ne me lever que pour ce qui relève de la nécessité la plus absolue. Mais il faut que je marche, j'ai le droit de me promener dans ma résidence mais pas dans mon quartier.

Je n'ai plus le droit non plus de faire mes échographies chez mon sage-femme, elles doivent être faites à l'hosto.

J'explique qu'il est au rez-de-chaussée de mon immeuble, que j'ai juste 3 étages à descendre en ascenseur, contre 35 à 40 minutes de voiture sur une route en mauvais état pour venir jusqu'ici.

La sage-femme ne veut rien savoir, et une négociation de haute lutte s'engage, mais je finis par l'emporter.

Sur ce elle s'en va avec le médecin qui n'a pas pipé le moindre mot.

Que la lumière soit

Dans l'après-midi, ma voisine de chambre ne se sent pas bien : elle qui a toujours trop chaud se met à grelotter.

J'appelle donc une sage-femme, qui lui prend la température, dans l'oreille.

A 37°c elle n'a pas de fièvre, tout va bien.

Moi qui suis du genre frileuse et qui n'ai même pas un frisson à ce moment là, je trouve ça étonnant, j'aurais juré qu'elle avait de la fièvre.

La sage-femme lui dit de bien continuer à prendre ses antibiotiques pour éviter toute infection et s'en va.

Ma voisine me fait alors remarquer que pour des médicament qu'elle doit prendre à heures fixes, ça ne gêne personne de les lui apporter avec parfois plus d'une heure de retard.

Que la lumière soit

Vers la fin de l'après-midi, on vient me faire une échographie surprise.

La bonne nouvelle c'est que le Mec Du Jour est vachement plus sympa que son collègue de la veille :

Il rit de voir les bébés faire du trampoline dans mon ventre et me dit qu'il est content que ça se passe comme ça, c'est signe qu'ils vont bien.

Il m'explique qu'il est là suite au signalement qu'a fait son collègue au sujet du cordon de mon fils, mais qu'il n'est pas inquiet : mon fils bouge bien et grossit bien, il ne voit pas l'intérêt de s'alarmer.

Il remballe son matériel et repart en me laissant plus rassurée et détendue.

Un peu plus tard, une autre sage-femme vient me faire une prise de sang.

Quand je demande pourquoi, elle m'explique que c'est pour le marqueur sanguin.

Je lui demande si c'est pour établir mon groupe sanguin, et à sa réponse affirmative je lui dis que ce n'est pas la peine, j'ai ma carte avec moi que j'ai fait faire dès le début de ma grossesse.

D'ailleurs, c'est à ce moment là que je réalise que personne ne me l'a demandée depuis mon arrivée.

De toute façon, elle me répond ce qu'on me dit invariablement dans cet hôpital : "Oui mais vous ne l'avez pas faite ici".

Ouais ouais, je sais, je sais. Visiblement un groupe sanguin peut changer d'un labo a un autre pas vrai?

Intérieurement je soupire pendant qu'elle prélève son litron de sang et je me dis que le premier qui vient me parler du trou de la sécu, il se prend ma main dans la poire.

Que la lumière soit

C'est ainsi que la journée se passe, avec tout ça je n'ai pas vraiment pu me reposer et je suis très fatiguée.

Il est temps d'aller se coucher, et j'éteins la lumière au dessus de mon lit en me disant que ma voisine de chambre est toujours là. Pourvu que tout aille bien pour elle.

Published by Mme Lambda

commentaires

Carotte 27/04/2014 17:16

Vite vite, la suite!
Je ne sais pas où est cet hôpital tout moisi mais il me fait froid dans le dos et j'espère aussi que ta voisine de chambre n'a pas eu de problème mais un beau et joli bébé...

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog