Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 décembre 2011 toujours :

Tic tac, tic tac, tic tac... Ca fait une heure qu'on attend. Ca commence à devenir inconfortable sur cette chaise.

Mais enfin, on est pris en charge, ouf.

Plouf Plouf

Comme mon échographie n'a pas été faite à l'hôpital, on recommence tout, ils veulent leurs mesures à eux.

Et c'est par l'échographie endo-vaginale que commencent les festivités, miam miam.

Il y a plusieurs personnes, mais personne ne se présente, on ne sait pas qui est Sage-Femme, infirmier(e), ou autre.

Suite à cette échographie on me parle d'un col de l'utérus raccourcit a 15 mm, mais aucunement de contractions, comme s'il était court de façon permanente.

Puis on m'a refait une échographie externe pour reprendre touuuutes les mesures prises 2 heures auparavant par mon Sage-Femme... ben oui il faut absolument les mesures établies par l'hôpital!

La personne qui me fait l'examen m'annonce pour les bébés des poids différents et très en dessous de l'estimation que j'ai eue ce matin.

Je reste zen : je sais bien que d'un appareil d'écho a un autre, d'un intervenant à un autre il peut y avoir de la marge.

Et quand je compare mon Sage-femme, son savoir faire et son équipement à ceux de l'hôpital, bon comment dire... je ne suis pas inquiète.

Plouf Plouf

On me fait une prise de sang, et puis on me dit qu'on va me garder pour la nuit.

Et puis non, je vais pouvoir rentrer chez moi.

Mais en fait si, je vais rester.

Puis non, puis si, puis non.

Bordel y'en a pas un qui va se décider à la fin?

Ca fait 4 heures qu'on est là, oui oui 4 heures, ça prend du temps tout ce merdier à la fin, et personne n'est capable de prendre une décision ferme.

J'en ai tellement plein le fion que je suis à deux doigts de proposer de la jouer à Plouf Plouf ou de tirer la fin au dé.

Non mais vraiment quoi.

Plouf Plouf

C'est là que ce que je suppose être une Sage-Femme, me dit qu'on va faire un monitoring pour vérifier les coeurs des bébés et les contractions.

Ah, on ne sait pas si je reste ou pas, alors, hop un monitoring?! Youhou! Ben c'est parti alors hein...

Elle me tartine de gel, pose la première sonde sur mon ventre, et on entend un galop : c'est le coeur d'un des bébés.

Parfait, on l'enregistre comme étant bébé 1.

La Sage-Femme promène la deuxième sonde sur mon ventre, et elle ne trouve pas le deuxième coeur.

La voilà bien emmerdée, ça se lit très clairement sur son visage. Elle trifouille, s'énerve un peu.

Et finit par poser la deuxième sonde juste à côté de la première, vraiment collée.

Comme ça, haaaaa, enfin on entend un battement de coeur!! Allez ce sera bébé 2!!

...

C'est moi ou on me prend pour une imbécile et on enregistre deux fois le même coeur?

Allez, zen zen zen, j'ai eu mon échographie ce matin, les bébes vont bien tous les deux, ils vont bien tous les deux.

Je m'efforce de respirer et de rester détendue.

Et j'essaie de ne pas penser que cette prise en charge, ça devient n'importe quoi.

Plouf Plouf

Finalement on décide de me garder.

On me donne des comprimés d'Adalate pour calmer les contraction (il faudra que j'en reprenne à plusieurs reprise m'explique t-on), et on me fait une piqûre de corticoïdes pour maturer les poumons des bébés, afin de parer à d'éventuelles complications en cas d'accouchement prématuré.

Il y aura une autre injection dans 24 heures.

M. Lambda s'inquiète de cette piqûre et demande s'il n'y aura pas d'effet secondaire sur moi ou les bébés.

La Sage-Femme lève les yeux sur mon mari et demande d'une voix haut perchée :

"Ha booooooooon? Pourquoiiiiiiiiiiiiiii?"

Typiquement la réaction du personnel d'hôpital que j'ai rencontré maintes et maintes fois et que je déteste : On pose une question et on nous demande pourquoi on la pose.

Genre on a l'air suspects de s'inquiéter du produit qu'on m'injecte et qui aura un impact sur nos bébés, je trouve ça insupportable sans déconner.

Alors bien sûr la Sage-Femme se met a nous parler comme à des débiles mentaux, en articulant bien, que non non bien sûr, touuuuut va bien, et elle nous réexplique d'une voix hystérique qu'elle fait cette injection pour maturer les poumons des bébés.

Euh, ça on a bien compris, on demandait juste s'il y aurait des effets secondaires! Nous n'avons jamais eu de réponse claire.

Bref, plus de 5 heures éprouvantes se sont écoulées, on sait désormais de façon ferme que je vais rester pour la nuit, M. Lambda rentre donc se reposer, au bout du roulax.

Plouf Plouf

On me dit qu'on m'installe dans l'unité Kangourou de l'hôpital.

Ce qui est complètement faux, je saurais deux jours plus tard qu'en fait je me trouve dans le service des Grossesses à Hauts Risques (GHR). Rien à voir donc, l'unité Kangourou étant réservée aux jeunes mamans de bébés prématurés légers.

Bref.

Je me retrouve dans une immense chambre double où je suis seule pour le moment.

Il est tard et l'hôpital est calme. On m'apporte un plateau repas que je mange en observant la chambre en détail.

L'hôpital est un peu vétuste et cette chambre illustre très bien l'état de délabrement vers lequel il se dirige :

Le papier peint défraîchit et arraché par endroits date d'un autre âge, plutôt indéfinissable. De grosses fleurs roses pales sur un fond bleu passé sont représentées.

Il y a un poste de télévision accroché en hauteur, une table, quelques fauteuils à roulettes.

Je vois des installations de prises au mur, et je me rends compte que cette chambre a été prévue pour 3 lits à l'origine. Ce qui devait la rendre très exigüe finalement.

Je regarde le lit voisin, vide. Les parties en fer sous le lit et les roulettes sont un peu rouillées, et dans le calme et la solitude de la soirée, je repense aux films d'horreur qui se passent dans les hôpitaux.

Et je commence à flipper bien sûr, plus flipette que moi tu meurs, alors imaginez toutes les scènes flippantes qui me passent par la tête à ce moment là!

Plouf Plouf

Dans ma chambre j'ai un petit cabinet de toilette avec un lavabo et un miroir. C'est pas d'une propreté irréprochable...

Les douches sont communes et se trouvent dans le couloir.

Pfff, j'aime pas ça!

Epuisée par cette longue journée, je me fait une toilette de chat et vais me coucher en espérant y voir plus clair demain.

Et même si mon lit est dur comme de la pierre, je m'écroule plutôt que je ne m'endors, sitôt allongée.

Plouf Plouf

Published by Mme Lambda

commentaires

Melly 07/04/2014 21:27

Ah oui, c'est dur de nous laisser comme ça !!!! vivement la suite.
C'est dur quand même ce que tu as vécu, c'est dingue comme les médecins n'ont souvent aucune considération pour leur patient....

La Chouette 07/04/2014 23:12

Dans ce cas il n'y a qu'une solution: se foutre d'eux (les internes, le médecin tu pourrais encore en avoir besoin).

Melly 07/04/2014 22:09

J'ai dis souvent pas tout le temps ;) mais pour sortir d'un rendez vous avec justement un médecin qui était plus préoccupé par ses internes que par moi, ces mots ont fait échos.

La Chouette 07/04/2014 22:05

Faut pas généraliser ;)

La Chouette 07/04/2014 09:32

J'ai éclaté de rire avec le coup des 2 sondes! :D

Carotte 06/04/2014 14:46

Ah non mais c'est pas possible Mme Lambda, c'est pire que l'attente de la PDS après une FIV, tu dois savoir que même si nous apprenons la patience avec la PMA, elle est fort fragile. Viiiiiite la suite!!!!! ^^

Les dessous de la PMA

"La Procréation Médicalement Assistée sous son vrai jour. Ma vie avant, pendant et après." -Mme Lambda.

À propos
Mme Lambda et son histoire pas banale!

Ville
PMAville

Hébergé par Overblog